Retour accueil

Vous êtes actuellement : ACTUALITE  / Réformes de l’école primaire 


fontsizeup fontsizedown {id_article} impression envoyer l'article par mail envoyer par mail suivre la vie du site syndiquer le forum

PRIVATISATION de l’école Publique : et si tout était prévu ?

mercredi 6 octobre 2021

Notre très cher ministre est un as de la communication tout azimut et il n’hésite pas à s’afficher dans des postures inimaginables (lorsqu’elles ne sont pas ridicules...) ! Mais est ce que tout cela ne serait pas un moyen particulièrement efficace, de nous faire oublier l’essentiel, à savoir la destruction progressive de l’école Publique et son glissement progressif vers l’école privé.

L’école connaît depuis cette rentrée une accélération et une multiplication d’attaques à son encontre. Les annonces, puis ensuite, leur déclinaison en mesures et décrets s’accumulent dans une sorte de « mille-feuilles » écœurant et insupportable pour les enseignants.

Pour autant, il ne faudrait pas y voir qu’un simple amoncellement désordonné ou bricolé. Bien au contraire : il s’agit-là de mesures prises dans une parfaite cohérence politique qui vise à démolir le service public d’éducation tel que nous le connaissons. En finir avec les services publics, promouvoir le modèle privé, casser les solidarités, réduire le nombre de fonctionnaires… voilà quelques-uns des objectifs essentiels à atteindre pour le gouvernement et à atteindre urgemment !

Il est fondamental que nous prenions conscience de cette « cohérence » afin de coordonner nos actions et de faire du lien avec l’ensemble des services publics (Hôpital, Poste…). Notre résistance et nos nécessaires luttes auront d’autant plus d’impact qu’elles mettront en évidence l’agrégation des pièces d’un puzzle que nous savons néfaste à nos métiers et opposé à nos valeurs...

Cette réflexion est d’autant plus légitime, lorsqu’on énumère les différentes réformes et annonces du gouvernement :
- scolarisation obligatoire dès 3 ans, obligeant ainsi les mairies à subventionner les écoles maternelles privées, ce qui, jusqu’à présent, n’était obligatoire qu’à partir de l’élémentaire...
- Liberté d’expression des enseignants (article 1 de la loi Ecole de la Confiance...)
- Emploi fonctionnel des directeurs (managements avec recrutement des enseignants par ces derniers),
- Disparition des CAPD, CHSCT, ...
- Disparition d’une vraie formation continue choisie : formatage sur les fondamentaux (maths / français) et de fait, restriction de la liberté pédagogique (méthodes imposées,...)
- Diktat des neuro-sciences,
- Recours au recrutement massif de contractuels afin de palier au manque de remplaçants.

La liste est encore longue et pourrait encore s’allonger mais nous pouvons revenir sur le dernier point cité, à savoir le recrutement de contractuels dans notre académie...

Pour rappel, c’est la 2e année que notre académie a recours au recrutement des contractuels, contrairement à ce que pourrait laisser entendre M. Blanquer lorsqu’il répond à la député Karine LEBON (pour voir l’intervention de cette dernière et la réponse du ministre, suivez ce lien : https://fb.watch/8uXuoNvgaf/ très instructif...). L’an dernier, cela s’était décliné par un petit nombre de contractuels, alors que cette année, leur nombre a explosé !

Pourquoi le recrutement sur la Liste Complémentaire n’est pas à hauteur de ses possibilités (soit plus de 30 futurs collègues) ? Le ministère via la rectrice préfère recruter 50 contractuels à la place ! (Lire notre article sur le sujet en cliquant ici)

Et pour ces derniers, nos supérieurs n’ont rien trouvé de mieux que... de déloger des remplaçants affectés sur des postes à l’année plutôt que de les utiliser sur des remplacements courts, contrairement à ce qui avait été annoncé. Quel mépris pour nos collègues remplaçants éjectés de leur poste !

La boucle est bouclée, voilà, les remplaçants remplacés par des contractuels avec des contrats de droits privés !!! Cela ne peut que nous rappeler ce qui s’est passé à La Poste : un jour, les contractuels sont arrivés, puis petit à petit, les contrats de droits privés, ont remplacés les fonctionnaires... Ce grand remplacement (pour reprendre l’expression malheureuse de certains politiques non fréquentables...) s’est soldé par la privatisation des PTT (devenus La Banque Postale et Orange !).

Espérons que pour l’an prochain, la rectrice et l’IA-DASEN demanderons des moyens à hauteur des besoins, que le nombre de postes au concours soit amplifié , afin que le recrutement de contractuels ne soit pas renouvelé ! Comme l’explique ouvertement et sans gêne Blanquer dans sa réponse à la député Lebon (vidéo ici :https://fb.watch/8uXuoNvgaf/ toujours autant très instructive), il s’agit de contrats précaires qui n’ont rien à voir avec des contrats de fonctionnaires (qui, ont une durée de plus de 40 ans...).

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

Visiteurs connectés : 0


- 7 bd Mahatma Gandhi - 97490 Sainte Clotilde

- Téléphone : 02 62 28 99 40

- 0692 42 48 48

- 0692 42 49 49

- Email : snu974@snuipp.fr

- Fax :02 62 29 09 61