Retour accueil

Vous êtes actuellement : METIER  / DIRECTION 


fontsizeup fontsizedown impression envoyer l'article par mail envoyer par mail suivre la vie du site syndiquer le forum

EXPÉRIMENTATION « PÔLE REMPLACEMENT OUEST »

Ce que pensent les directeurs du "pôle remplacement ouest" !

IMPACT SUR LE TRAVAIL DES PERSONNELS ET LE FONCTIONNEMENT DU SERVICE

mercredi 7 mars 2018

Dans le souci d’apporter des éléments émanant des acteurs de terrain, le SNUipp-FSU 974 a lancé une enquête en ligne du 19 au 27 février 2018 à destination des directrices et directeurs d’école d’une part et des remplaçantes et remplaçants d’autre part. Les éléments recueillis , en l’absence de protocole d’évaluation de l’expérimentation « pôle remplacement ouest » fourni par ses responsables, sont destinés éclairer les impacts de cette nouvelle modalité de gestion des remplaçants sur le travail de ces deux catégories de personnels et plus largement sur le fonctionnement du service public d’éducation .

Pour en savoir plus, consultez également notre article " Les remplaçants face à l’expérimentation « pôle remplacement ouest »" en cliquant ici !

Les directrices et directeurs d’école face à l’expérimentation « pôle remplacement ouest »

1.Une expérimentation imposée sans aucune information préalable

La majorité (60%) des directrices et directeurs affirme que les modalités selon lesquelles ils ont été informés de cette expérimentation ne sont pas du tout satisfaisantes. Pour nombre d’entre eux « aucune information », « aucune concertation » ne leur a permis de se préparer à cette nouvelle organisation.

JPEG - 23.5 ko

Cette absence de communication implique un questionnement, par exemple quant aux interlocuteurs auxquels les directrices et directeurs sont désormais confrontés, « on ne sait pas qui gère le pôle », « une réunion d’information aurait été souhaitée ».

2.Une procédure de signalement des absences par mail déshumanisée et inefficace

Le signalement des absences d’enseignants par mail est particulièrement mal vécu par 92 % des directrices et directeurs d’école. Ils trouvent cela « trop long » et les réponses qui leur sont apportées sont « beaucoup trop tardives ». Cette « absence de réponse pose problème pour la gestion des élèves concernés », les familles s’inquiètent des absences, mais les directrices et directeurs « [ne savent] pas quoi répondre aux familles  ».

JPEG - 23.3 ko

Plus encore, les directrices et directeurs non déchargés de leur classe se retrouvent en difficulté à cause de « réponses arrivant après 8h, [étant] en classe [ils] […] ne peuvent les lire ». Enfin ces personnels déplorent « le manque le coté humain » de ce système de gestion. Auparavant, la communication directe entre directions d’école et secrétariats d’inspection permettait une gestion directe et la recherche de solutions humaines allant dans l’intérêt de la continuité du service public.

3.Des délais d’information des directrices et directeurs accrus

Jusqu’en décembre 2017, une directrice ou un directeur savait immédiatement, en appelant le secrétariat de circonscription entre 7h30 et 8h00, si des remplaçants étaient disponibles pour le remplacement d’un de leurs adjoints. Aujourd’hui le délai d’information a considérablement augmenté du fait de sa gestion par mail. 44% des directrices et directeurs affirment être informés dans les heures qui suivent leur demande quand 40% d’entre eux affirment n’être destinataires d’aucun retour. Cet allongement du délai de réponse « au delà de 8 heures » rend la procédure inefficace, « c’est trop tard, ça ne sert à rien d’avoir cette information ».

JPEG - 30.8 ko

De nombreux problèmes se sont posés à eux durant ce temps où ils demeurent sans réponse : répartition ou non des élèves dans d’autres classes de l’école, information des familles.

4.Un taux de remplacement qui se dégrade

4% des directrices et directeurs mettent en avant une progression du taux de remplacement de leurs collègues absents. 56% des directrices et directeurs témoignent d’un taux de remplacement inchangé. Mais 40% d’entre eux révèlent que ce taux diminue. Ces remplacements apparaissent « aléatoires  ». Les remplacements pour arrêts maladie ou les stages de formation continue sont impactés.

JPEG - 21.6 ko

5.Des enseignants remplaçants qui arrivent plus tard sur poste

Pour 84% des directrices et directeurs, les remplaçants arrivent plus tard qu’auparavant dans leur école. Les remplaçants arrivent au mieux « 35 à 45 minutes plus tard », voire « jusqu’à 9h30 ». En témoigne l’exemple non isolé :« 6 enseignants en stage, prévu depuis longtemps, […] » ont été remplacés par « […] quatre remplaçants arrivés avant 8H, un arrivé à 10H30 et le dernier à 11H10 ».

JPEG - 23.6 ko

6.Un dispositif qui dégrade le service public d’éducation

JPEG - 58.9 ko

Outre les éléments déjà mis en lumière, une très large majorité des directrices et directeurs voient dans ce nouveau fonctionnement une dégradation du fonctionnement de leur école (88%), de leur travail (84%) et des relations avec les familles (68%). Ils jugent cette expérimentation non satisfaisante et mettent en question le recrutement d’un enseignant pour le fonctionnement de ce poste : « le recrutement d’un enseignant pour effectuer une mission de secrétaire me navre. A l’heure où des classes ne sont pas pourvues de remplaçants ! Il me semble que les missions du professeur des écoles n’incluent pas le secrétariat, qui est une réelle mission. Quid du recrutement ?? ».

7.Un refus très net de la pérennisation de ce dispositif expérimental

Seuls 4% directrices et directeurs souhaitent la pérennisation de ce dispositif expérimental. 63% sont en faveur de son abandon. Pour autant, 33% d’entre eux affirment souhaiter une réflexion associant les personnels concernés afin de concevoir un « dispositif adapté aux réalités de terrain  » et garantissant l’intérêt général.

JPEG - 30.5 ko
L’enquête conduite auprès des personnels par le SNUipp-FSU974 révèle que l’expérimentation « pôle remplacement ouest » est vécue négativement par les directrices et directeurs comme par les remplaçantes et remplaçants. Cette modalité de gestion des remplacements souffre d’un manque de clarté, d’une organisation approximative et déshumanisante. Les conditions de travail des agents concernés s’en trouvent dégradées tout comme la qualité du service rendu à ses usagers. C’est pour toutes ces raisons que le SNUipp-FSU 974 s’est adressé au DASEN pour réclamer une véritable évaluation de ce dispositif ... Plus d’infos ici !
SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

Visiteurs connectés : 12


- 7 bd Mahatma Gandhi - 97490 Sainte Clotilde

- Téléphone : 02 62 28 99 40

- 0692 42 48 48

- 0692 42 49 49

- Email : snu974@snuipp.fr

- Fax :02 62 29 09 61