Retour accueil

Vous êtes actuellement : ACTUALITE  / DIVERS 


fontsizeup fontsizedown {id_article} impression envoyer l'article par mail envoyer par mail suivre la vie du site syndiquer le forum

Tribune libre d’une collègue en colère

"Pourquoi nous ne pourrons bientôt plus travailler,

mercredi 6 décembre 2017

Lors de la lecture du programme de « En marche » nous lisions que « l’école est le pilier de la promesse républicaine d’égalité » et il était rajouté : « la France est le pays le plus inégalitaire des pays développés ». En effet, cette dernière acception est véridique : en tenant compte de l’ensemble des dernières mesures ministérielles, le fossé des disparités européennes va encore et de manière exponentielle d’avantage se creuser.

En France, contrairement aux collèges, lycées et universités, les écoles primaires (maternelles et élémentaires) dépendent des mairies qui sont propriétaires des locaux et des terrains mais elles sont les collectivités les moins dotées fiduciairement et elles sont aujourd’hui fragilisées par votre gouvernement qui diminue leurs subsides. Il n’est alors pas rare aujourd’hui que des écoles vieillissantes se retrouvent dans des situations de vétusté inacceptable : fuites récurrentes dans les salles de classe ( exposant les élèves à des risques d’électrocution) , peintures craquelées, lumières manquantes, absence de bus ou de financement de matériel. Si les maires sont appelés à faire des économies, cela ne va sans dire que cela touchera de plein fouet les écoles primaires.

Deuxièmement, nous nous attendions à reconduire les contrats aidés dans les établissements primaires pour les contractualiser de manière durable ( CDI) mais au lieu de cela nous apprenons que ces postes vont être supprimés !! Cela signifie pour nous enseignant, qu’après la destruction de la médecine scolaire, nous n’aurons plus droit à nos secrétaires d’école (le fossé va encore se creuser avec le secondaire qui possède une secrétaire, CPE, etc). Les enseignants de maternelle s’habitueront à faire classe à 30 élèves de 2 et 3 ans (Petite Section) seul, au risque de ne pouvoir tenir son contrat pédagogique. Et qu’en est t-il de tous ces excellents intervenants scolaires qui vont se retrouver au chômage ???

Les directeurs d’école de leur côté devront encore s’entraîner à courir afin de mieux jongler entre leur classe et les appels donnés à l’Inspection, aux parents, au CMPEA -au détriment des élèves et des équipes pédagogiques…. C’est pourquoi, de plus en plus, quand on téléphone aux écoles, plus personne ne répond… Comment instituer des relations durables avec les parents d’élèves, entre les parents et l’équipe éducative dès lors que les relations sont quelque fois et déjà malheureusement distendues entre les écoles et les services municipaux qui les gèrent.

Les enseignants n’ont à l’heure actuelle pas assez d’AESH et elles seront supprimées : ces aides pour les élèves en difficulté doivent être au contraire plus nombreuses car nous savons aujourd’hui que les élèves présentant des troubles du comportement, de langage, de concentration et de compréhension sont de plus en plus nombreux dans les classes. Des rapports scientifiques alarmants pointent du doigt les lourds dégâts occasionnés par les polluants modernes : pesticides et autres produits chimiques agissent sur le cerveau des enfants qui peinent à se concentrer, à rester assis quelques minutes... On continue d’asperger du glyphosate à moins de 100 mètres des écoles. Mais ce n’est pas vous qui devrez tenir entre vos bras un enfant qui se roule par terre.

Comme l’avait si justement souligné le programme d’En marche , « la France est le pays le plus inégalitaire des pays développés » c’est un des pays développés qui paye en effet le moins bien ses enseignants. Selon un rapport de l’OCDE : "En France, les enseignants du primaire et du secondaire ont des salaires statutaires nettement inférieurs à la moyenne de pays de l’OCDE", et les salaires n’ont cessé de diminuer entre 2010 et 2012. Comment vivre avec un salaire de 1900 euros à Paris et un loyer de 1400 euros, seul avec deux ou trois enfants à charge ?

De plus, comme le rajoute le rapport de l’OCDE et le café pédagogique : « dernière particularité française : celle des conditions de travail en classe. Le nombre d’enseignants par classe est particulièrement faible en France par rapport aux autres pays de l’OCDE. La France se retrouve avec des pays nettement moins développés comme l’Inde ou le Brésil. Nous allons peut-être devenir le pays champion des taux de remplissage de classe ! Seuls les CP stigmatisés seront à 12 !

A la pénibilité s’ajoute un manque de considération chronique qui est entérinée aujourd’hui. Ne dites pas après tout cela que l’éducation est une priorité, ne dites pas que nos enfants sont chanceux, ne dites pas que nous ouvrons la voie à de nouveaux emplois novateurs, ce n’est pas avec des haillons que nous pourrons coudre des fils de soie. Avec ces réformes, nous ne marchons pas vers un bel horizon, nous allons droit dans le mur.

Je revendique :

des classes limitées à 20 élèves, 15 en petite Section et en maternelle Des intervenants pour les élèves connaissant des difficultés de comportement ou de compréhension dès la Petite Section Des AESH, des médecins, des psychologues scolaires en nombre suffisant Des bâtiments de qualité certifiés pour leur qualité environnementale Des salaires dans la moyenne de ceux de l’OCDE L’interdiction des épandages de pesticides dans et autour des écoles, l’éloignement des antennes GSM Des cantines Bio, l’arrêt de la suppression des subventions aux agriculteurs bio De vraies formations pour l’ensemble des professeurs et aides scolaires

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

Visiteurs connectés : 3


- 7 bd Mahatma Gandhi - 97490 Sainte Clotilde

- Téléphone : 02 62 28 99 40

- 0692 42 48 48

- 0692 42 49 49

- Email : snu974@snuipp.fr

- Fax :02 62 29 09 61